Préparer la réintégration du salarié dans l’entreprise

réintégration du salarié

Parfois, le retour d’un salarié dans l’entreprise après une longue absence pour accident ou maladie peut être délicat. Après 30 jours d’absence, la réintégration du salarié obéit à certaines règles précises, comme une visite médicale de reprise.

Retrouvant son emploi ou un emploi similaire, le salarié doit retrouver ses repères. Pour l’employeur, l’enjeu est d’éviter un nouvel arrêt de travail. Comment préparer la réintégration du salarié après un arrêt de travail ? Suivez le guide !

La réintégration du salarié apte à son ancien emploi

A l’issue de la période d’arrêt, si le salarié est déclaré apte par le médecin du travail, il doit obligatoirement retrouver son emploi d’origine ou bien un emploi similaire avec une rémunération au moins équivalente. Le rôle de la gestion des ressources humaines en entreprise est indispensable puisque cela permet d’organiser les postes de manière à ce que le salarié puisse réintégrer son emploi à son retour.

Si le poste n’existe plus, un autre poste similaire doit être proposé au salarié. La rémunération, la qualification et les perspectives d’évolution doivent être identiques au poste occupé par le salarié avant son arrêt de travail.

Réintégration du salarié : gardez le contact

Pour préparer de manière satisfaisante le retour du salarié, l’employeur doit éviter de perdre tout contact avec lui. Entretenir des liens avec ce dernier permettra de mieux organiser le retour dans l’entreprise et permettra d’éviter un possible nouvel arrêt de travail. Côté législation, le Code du travail encadre strictement le retour au travail de l’employé.

L’employeur est tenu d’organiser un entretien avec le salarié et le médecin du travail afin d’organiser une visite médicale de reprise. Le délai pour y procéder est de 8 jours suivants le retour du salarié dans l’entreprise. Le plus tôt est toujours le mieux et il est fortement conseillé d’organiser ce rendez-vous le jour même de son retour.

Réintégration du salarié : le rôle du médecin du travail

Le médecin du travail a un rôle particulièrement important à jouer en ce qui concerne la réintégration du salarié. Il s’agit en effet du seul à pouvoir autoriser le salarié à reprendre le travail.

S’il estime que le salarié est inapte, il est tenu de faire des préconisations de reclassement à l’employeur. La conséquence de cela est la transformation du salaire en une indemnité temporaire d’inaptitude versée par la Sécurité sociale. L’employeur doit trouver un poste plus adapté au salarié dans un délai d’un mois faute de quoi il doit le licencier.

En pratique, le médecin du travail déclare le salarié apte avec quelques réserves. Cela signifie que l’employeur doit aménager le travail de l’employé à son poste de travail.

Par exemple, pour un salarié souffrant de fatigue visuelle, la préparation à la réintégration nécessitera de changer l’ordinateur sur lequel travaille l’employé ou bien de limiter les périodes auxquelles il est exposé à son écran.

Le médecin peut aussi ordonner une reprise du travail à temps partiel pour motif thérapeutique.

Il s’agit de ce qu’on appelle un mi-temps thérapeutique. Le salaire sera alors ajusté aux nouveaux horaires de travail. Sous certaines conditions, le salarié peut percevoir des indemnités journalières en complément, versées par la Sécurité sociale.

L’employeur peut aussi en profiter pour convoquer peu de temps après son retour le salarié afin de faire le point avec lui sur ses besoins notamment en ce qui concerne la formation. En effet, l’absence du salarié au sein de l’entreprise, surtout s’il s’agit d’un long arrêt de travail, a pu ralentir la formation continue du salarié dans l’entreprise.

Préparer la réintégration du salarié dans l’entreprise
5 (100%) 4 votes