Sanction d’une absence injustifiée : licenciement pour faute grave

Sanction d’une absence injustifiéeUne absence injustifiée sert à désigner le fait pour un salarié de ne pas être présent à son poste de travail sans apporter de raison valable. On peut aussi parler d’absence injustifiée quand le salarié prolonge une absence ou des congés sans en apporter une justification.

La non justification de cette absence et le fait qu’aucun accord n’ait été donné préalablement par l’employeur justifient une sanction disciplinaire prise par ce dernier. Qu’en est-il du licenciement pour faute grave ? On vous dit tout.

Les conditions du licenciement pour faute grave consécutif à l’absence injustifiée

Un employeur ne peut pas licencier pour faute grave tous les salariés qui sont absents de l’entreprise pour cause d’arrêt de travail. En effet, le licenciement serait alors considéré comme étant sans cause réelle et sérieuse.

L’employeur doit tout d’abord laisser passer le délai de 48 heures au cours desquelles le salarié doit lui envoyer son justificatif. Au bout de 3 jours sans nouvelle, il peut entreprendre des démarches et le contacter par tout moyen. Il lui fait ensuite parvenir un courrier recommandé avec avis de réception lui intimant l’ordre de justifier son absence.

Il indique alors qu’en l’absence de réaction de sa part, il pourra engager une procédure disciplinaire. Attention tout de même : un salarié absent ne doit pas être considéré comme démissionnaire.

Le rôle de la preuve pour licencier un salarié en cas d’absence injustifiée

Afin que cette absence injustifiée soit considérée comme étant une faute grave, l’employeur doit prouver qu’il a réagi rapidement vis-à-vis de son salarié, sans succès, par le biais de voies légales.

Il doit également démontrer que cette absence injustifiée entraîne une désorganisation de l’entreprise, causant un préjudice réel. De ce fait, il pourra effectivement prononcer le licenciement du salarié pour faute grave, comme sanction disciplinaire.