Absence injustifiée : quelles mesures pouvez-vous prendre ?

Absence injustifiée Qu’est-ce qu’une absence injustifiée ? Il s’agit de toute absence d’un salarié non autorisée par l’employeur ou bien que le salarié n’est pas en mesure de justifier par un document officiel (document de son médecin traitant).

Face à cette situation, il est indispensable de respecter certaines procédures et de ne pas se lancer tête baissée dans un licenciement pour absence injustifiée.

Le salarié pourrait en effet saisir le tribunal Prud’homale et obtenir des dommages et intérêts s’il est prouvé que le licenciement est sans cause réelle et sérieuse. Nous vous donnons ici toutes les astuces pour prendre les mesures adaptées à la situation.

Les différentes catégories d’absences injustifiées

Les absences pouvant être qualifiées d’injustifiées sont nombreuses. Il peut s’agit d’une absence refusée par l’employeur, d’une prolongation injustifiée d’une absence ou bien encore d’une absence sans demande préalable ni justification médicale.

Dans toutes ces situations, si l’absence s’avère être effectivement non justifiée par un empêchement imprévu (maladie, situation familiale), le salarié manque à son obligation d’exécution de la prestation de travail. De ce fait, une sanction est possible. Cependant, vous devez respecter certaines démarches et le type de sanction sera fonction des circonstances.

Procédez aux vérifications préalables

Lorsqu’un salarié est absent, il est important de ne pas agir avec précipitation. Dans un premier temps, contactez le salarié par téléphone. Respectez le délai légal de 48 heures au cours duquel il peut vous faire parvenir son arrêt de travail.

Pensez également à bien vérifier que le salarié n’a reçu aucune autorisation d’absence, même longtemps en avance. Peut-être avez-vous reçu une demande à laquelle vous avez omis de répondre, comme un congé individuel de formation ou un congé paternité par exemple.

En effet, ces congés sont dus par l’employeur au salarié et l’absence de toute réponse de votre part aurait pu signifier votre accord. Procédez donc aux vérifications qui s’imposent.

Mettez en demeure le salarié d’avoir à justifier son absence

Une fois que vous avez effectué ces vérifications, que vous vous êtes effectivement aperçu que l’absence du salarié est injustifiée et que le délai légal est dépassé, réagissez le plus vite possible.

Une fois les 48 heures passées, faites parvenir un courrier au salarié le mettant en demeure d’avoir à justifier son absence ou bien de reprendre son poste immédiatement.

Dans le courrier, informez-le qu’une sanction pourra être prise en cas de non-réaction de sa part. Le courrier doit impérativement être envoyé en lettre recommandé avec avis de réception afin de vous constituer une preuve par la suite.

Sachez cependant qu’un salarié absent ne peut jamais être considéré comme démissionnaire. Ainsi, vous ne pouvez pas prendre l’initiative d’interpréter l’absence du salarié comme une démission de sa part. Si vous souhaitez licencier le salarié pour faute grave, vous devez suivre la procédure adaptée.

Prenez une sanction proportionnée

La sanction que vous pouvez prendre dépend de l’évolution de la situation.

  • vous avez reçu un justificatif tardif de la part du salarié : le licenciement pour faute grave n’est pas proportionné. Un avertissement suffit.
  • le salarié est revenu à son poste mais n’a pas justifié son absence : réalisez un entretien préalable à la sanction. La sanction peut aller jusqu’au licenciement ou à la mise à pied disciplinaire.
  • le salarié n’a pas repris son poste malgré deux mises en demeure légales : vous devez licencier le salarié. Pour cela, respectez la procédure, à savoir une convocation préalable à un entretien, puis une notification du licenciement. L’absence du salarié lors de l’entretien préalable n’a pas d’incidence sur la poursuite de la procédure.
Absence injustifiée : quelles mesures pouvez-vous prendre ?
5 (100%) 4 votes