Les causes de l’arrêt de travail

Les causes de l’arrêt de travail

L’année dernière, 40 % des salariés avaient été arrêtés au moins une fois dans l’année. Qu’est-ce qu’un arrêt de travail ? Il s’agit d’une suspension de l’activité salariée ayant pour origine un accident du travail ou une maladie.

Chaque année, le nombre d’arrêts de travail augmente, ce qui est la preuve d’un absentéisme en entreprise toujours plus important. Quels sont les motifs de ces différents arrêts de travail ? Qu’est-ce qui se cache derrière ce constat ? Plusieurs sondages ont été réalisés au cours des dernières années, à l’instar de celui mené par le groupe Malakoff Médéric.

Des arrêts de travail de courte durée à ceux qui sont plus longs, on vous dit tout sur les causes des arrêts de travail.

Les causes selon la durée des arrêts de travail

En fonction de la durée de l’arrêt de travail, la cause sous-jacente sera différente. En effet, les statistiques montrent que lorsque l’arrêt est court (jusqu’à 3 jours), il s’agit principalement d’un état grippal ou d’une autre maladie saisonnière passagère ou bien d’un trouble musculo squelettique. Il peut aussi s’agir d’une grande fatigue, ce qui peut présager une situation de burn out.

Au contraire, quand il s’agit d’un long arrêt de travail, d’une durée d’1 mois minimum, les causes sont principalement dues à des traumatismes et des accidents.

Les troubles psychiques et la grande fatigue sont également bien positionnés. Ces derniers sont particulièrement prépondérants pour les arrêts de travail de moyenne durée, autrement dit entre 4 jours et 1 mois.

On peut donc considérer que la place de la fatigue psychologique et du burn out n’est pas à prendre à la légère. En effet, ces causes se retrouvent dans tous les cas d’arrêts de travail, peu importe la durée et peuvent avoir des conséquences importantes pour l’employeur comme pour le salarié.

Cela n’est pas étonnant au regard de la problématique aujourd’hui bien présente de la souffrance au travail. Le rôle de la gestion RH en entreprise est indispensable pour prévenir ce type de problème.

L’arrêt de travail émane rarement d’une demande du salarié

Contrairement aux idées reçues, le salarié réclame des jours d’arrêt de travail dans 10 % des cas seulement. Dans 90 % des cas, c’est donc le médecin traitant qui propose au salarié de l’arrêter un certain temps. Ce médecin connaît en règle générale bien le patient et les problématiques liées au travail.

En outre, on estime qu’environ 20 % des salariés décident de ne pas s’arrêter alors même que leur médecin traitant juge que l’interruption temporaire de travail est nécessaire.

Pour autant, la majeure partie de ces 20 % le regrette par la suite, indiquant que le fait de continuer le travail malgré tout a été synonyme de baisse de productivité et de qualité du travail.

Autre élément majeur : un salarié sur 4 considère que son absence au sein de l’entreprise est imputable à son travail lui-même. Il peut alors s’agir de tensions dans l’organisation du travail, d’un management défaillant ou d’un environnement de travail problématique.

Nombreux sont donc les salariés qui fuient pour ne pas subir. Ce constat a été 7 fois plus important en 2017 qu’en 2016. La charge de travail arrive à 60 % dans les causes psychologiques de l’arrêt de travail. Le manque de reconnaissance est aussi pour beaucoup invoqué dans la liste des causes explicatives.