Les origines de l’absentéisme en entreprise

Les origines de l’absentéisme en entreprise

Très différentes, les idées que l’on se fait de l’absentéisme en entreprise n’ont de cesse d’évoluer au fil du temps. Le sens commun l’associe à une absence volontaire, abusive et illicite tandis que les statistiques françaises en donnent de nombreuses autres définitions.

En l’absence de définition normée, les origines de cet absentéisme en entreprise sont variées. Quelles sont-elles ? Tour d’horizon.

L’absentéisme en entreprise, une notion mal définie

Il n’existe pas aujourd’hui de définition stricte et légale de l’absentéisme en entreprise. Cette absence d’origine définie strictement a pour conséquence de créer des différences de traitement dans les entreprises.

En effet, certaines d’entre elles y incluent les congés maternité, paternité ou encore les jours de grève. Cependant, on retrouve bien les 4 socles de base de ces absences, à savoir :

  • les maladies ordinaires, non professionnelles;
  • les maladies professionnelles;
  • les accidents du travail;
  • les accidents survenus sur le trajet du travail.

Ainsi, on peut estimer que la majorité des absences qui sont prises en compte dans l’absentéisme sont en lien avec une véritable raison de santé. En réalité, les abus sont minoritaires, bien qu’ils existent.

Les fraudes concernent autant les arrêts de courte durée que de longue durée, c’est-à-dire supérieure à 1 mois consécutif. La majorité des abus concernent les arrêts de travail de courte durée.

Les facteurs d’aggravation de l’absentéisme en entreprise

Parmi les nombreuses origines que l’on prête à l’absentéisme, on ne distingue pas seulement l’état de santé. L’âge entre aussi en ligne de compte. En effet, les salariés seniors s’arrêtent plus longtemps que les autres. La population de plus en plus vieillissante et le report du départ à la retraite sont des facteurs d’aggravation du phénomène.

Les disparités sont surtout dues aux caractéristiques particulières de l’emploi. Dans les départements où les métiers pénibles sont surreprésentés (notamment dans le domaine de la restauration et des travaux publics), on constate que l’absentéisme est plus important. Les ouvriers sont en règle générale plus touchés par ce phénomène que les cadres.

Il en va de même des salariés en CDI, qui s’absentent plus que les salariés en CDD ou en emploi précaire.

Quant aux statistiques de l’absentéisme en France pour le public et le privé, elles font état d’un résultat assez proche pour les deux secteurs.

Dans les fonctions publiques hospitalières et territoriales cependant on remarque que le taux d’absence est important. Dans le secteur privé, la taille de la structure joue pour beaucoup. Plus l’organisation est grande et plus le salarié aura tendance à se mettre en arrêt maladie, puisqu’il sait qu’il sera facilement remplacé.

Enfin, les facteurs extérieurs rentrent beaucoup en ligne de compte. Les salariés ayant peur d’être au chômage s’absentent forcément moins que ceux qui sont en CDI, dans un emploi stable. Prendre la décision de ne pas venir travailler dépend donc de toute une série de critères différents.

Les origines de l’absentéisme en entreprise
5 (100%) 2 votes