Réduire l’absentéisme grâce aux leviers coercitifs par le contrôle médical

Réduire l’absentéisme grâce aux leviers coercitifs par le contrôle médicalL’absentéisme au sein de l’entreprise est un véritable problème qui ne cesse d’évoluer à la hausse au fur et à mesure du temps. Il est évident que les leviers sont nombreux afin de réduire cet état de fait.

Cependant, tout l’intérêt consiste aussi à proposer une solution avantageuse pour l’employeur et qui lui permette de combattre l’absentéisme illicite et abusif. En la matière, la contre-visite médicale par l’employeur est une solution intéressante.

Les contours de la contre-visite comme levier coercitif

Pourquoi la contre-visite constitue-t-elle un levier coercitif ? Tout simplement parce qu’elle permet à l’employeur de prendre une sanction dans le cas de l’absence du salarié pendant le contrôle.

Cette sanction est la suspension du versement des indemnités complémentaires à la Sécurité sociale dont le salarié ayant au moins 1 an d’ancienneté a le bénéfice.

Ainsi, la contre-visite médicale, en plus de permettre à l’employeur de vérifier la véracité de l’arrêt et de lutter contre l’absentéisme en entreprise, permet d’économiser des coûts en cas d’abus.

La contre-visite médicale : un levier insuffisant

Bien que la contre-visite médicale soit une solution majeure pour réduire le taux d’absentéisme, il n’est pas suffisant. En effet, l’employeur, en tant qu’entité privilégiée dans l’entreprise, doit mettre en place d’autres leviers.

C’est le cas notamment de leviers participatifs avec le concours du service des ressources humaines. Le levier financier est dans le même temps une solution annexe intéressante.

Néanmoins, pour lutter contre les abus en matière d’arrêts de travail, la contre-visite médicale reste une option dont le bénéfice est particulièrement élevé pour l’employeur, que ce soit dans le secteur privé comme dans le secteur public.